En ces heures de campagne où les promesses fusent, ne soyons pas amnésiques et revenons sur le mandat (plus que) controversé de William Delannoy et son équipe:

▶️ En 2014, dans son programme, le maire sortant promettait de « développer et animer un réseau dynamique d’assistantes maternelles » (p.9) et de « participer financièrement aux études supérieures des lycéens les plus méritants » (p.7).
Il n’y avait pas franchement de propositions culturelles festives à part un timide engagement «d’organiser un carnaval des associations » (p.25).
En terme associatif, il assurait « établir une véritable transparence dans l’attribution des subventions, basée sur une évaluation rationnelle de leurs actions » (p.24).
Quant au sport, monsieur Delannoy annonçait fièrement « nous mènerons une politique sportive ambitieuse et volontariste. Cette volonté s’appuiera sur une démarche de partenariat et de concertation avec les différents acteurs locaux. » (p.26) !!!

▶️ En 2020, les audoniens se retrouvent avec des réseaux d’assistantes maternelles (déjà existants !) qui n’ont pas été développés et animés, avec des moyens amputés et une animation réduite : suppression des sorties en car, moins d’accueil musical dans les relais d’assistantes maternelles, de cadeaux aux enfants et d’animations municipales pour les fêtes de fin d’année.
Non seulement le « carnaval des associations » promis ne voit le jour que ce 29 mars prochain (période d’élections oblige) , mais la Fête des associations a été liquidée/supprimée, de même que la Fête de la ville, le Festival du jeu, le feu d’artifice du 14 juillet (sauf le dernier été en vue, encore une fois, des élections municipales). Bref, une destruction massive des évènements festifs qui animaient la ville et la rendaient plus conviviale et agréable à vivre.
Concernant les vacances, l’Office vacances loisirs (OVL) a également été fermé, de même que des centres de vacances. Quant aux séjours proposés par la commune, leurs prix ont augmenté.
N’oublions pas la diminution des subventions de nombreuses associations, notamment sur la base de « critères politiques », selon les dires du 1er adjoint délégué à la vie associative en conseil municipal. Cela a conduit à détruire ou à affaiblir certaines des associations les plus actives de la ville.
Et pour finir sur les promesses programmatiques de 2014, rappelons la suppression de l’Office municipal des sports (OMS) qui permettait de faire travailler ensemble les associations et la commune pour développer le sport pour tout le monde et de donner plus de poids aux associations dans la politique des sports de la ville !!!

Allez, on remet ça pendant six nouvelles années, ça vous tente ?